On sait une fois pour toutes, que l'Arbalète est une arme de trait composée d'un arc bandé avec un ressort, et monté sur un fût qui accueille une flèche, mais aussi une balle.

Dans son Etude sur les Arts au Moyen Âge, 1870, p. 257, Mérimée dit:
    -L'arbalète a été défendue entre chrétiens, au deuxième concile de Latran, en 1139 (...). Il ne s'agit que de l'arbalète ayant un arc d'acier, car les arbalètes avec des arcs de bois ou de corne étaient connues dans l'antiquité.

Flaubert, dans les Trois contes, La Légende de Saint Julien l'Hospitalier, 1877, p. 95:
    -. . . Julien ne se fatiguait pas de tuer, tour à tour bandant son arbalète, dédaignant l'épée, pointant du coutelas et ne pensait à rien, n'avait souvenir de quoi que ce fût. Il était en chasse dans un pays quelconque, depuis un temps indéterminé, par le fait seul de sa propre existence.

A. Dumas Père, le Comte de Monte-Cristo, T. 2, 1846, p. 386. Utilise comme locution (plus vite su'un trait d'arbalette ou comme un trait d'arbalète) pour marquer une grande vitesse, relatif notamment à un animal.
    - . . . il enfonça les éperons qu'on venait d'attacher à ses bottes dans le ventre du cheval, qui, étonné qu'il existât un cavalier qui crût avoir besoin vis-à-vis de lui, d'un pareil stimulant, partit comme un trait d'arbalète.

M. Druon, Le Lis et le lion, 1960, p. 319
    - Le faucon décrivit trois cercles autour de la tête de son maître (...) aperçut la proie qu'on lui destinait, et fila droit comme un trait d'arbalète.

Barante, Histoire des Ducs de Bourgogne, t. 2, 1821-24, p.117, passe aux Jeux, en parlant du jeu de l'arbalète, c'est-à-dire un jeu d'adresse qui consiste à lancer des flèches avec l'arbalète contre un but.
    - Le peuple prit goût à ce jeu de l'arbalète.

A. Daudet, Trente ans de Paris, 1888, p. 295
    - Dehors, sur la terrasse de l'auberge, je voyais, à travers les tonnelles défeuillées, une balançoire peinte en vert, un jeu de tonneau, les disques d'un tir à l'arbalète.

Il y aussi la référence par analogie. Divers instruments, dispositifs ou objets, qui, par leur forme, évoquent une arbalète.
    Ex 1: Un cheval attelé en arbalète, c'est-à-dire qui est attaché seul devant les deux chevaux de timon d'une voiture:
Flaubert, Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 89
    - Elle (la diligence) était attelée de trois chevaux, dont le premier en arbalète, et, lorsqu'on descendait les côtes, elle touchait du fond en cahotant.

Le Clère, 1960, parle du remorquage en arbalète, dit aussi remorquage embelle. C'est-à-dire, sorte de remorquage en flèche où la remorque est frappée à environ un tiers de l'avant du remorqué, de façon à ce que le remorqué fasse un certain angle par rapport à la route suivie par le remorqueur.

Ex 2: l'Argot:  L'arbalète détendue a la forme d'une croix. ; Larch. 1880, France 1907; La Rue, 1954.
    - Croix de cou, bijou de femme. Vidocq, Les voleurs, 1836, p. 7
    - Croix d'église: Arbalète de chique, d'antone, de priante, Larch. 1880
    - Membre viril: CH. - L. Carabelli (Language de la pègre)

En astrologie et marine. Ancien instrument composé de deux règles de bois perpendiculaires et dont on se servait pour mesurer la hauteur d'un astre. Synonyme: Arbalestrille.
J.-B. Charcot, C. Colomb vu par un marin, 1928, p. 94.
    - Rien ne permet de supposer que d'autres instruments plus perfectionnés tels que l'arbalète, la ballestrilla, le bâton de Jacob, la verge d'or, le rayon astronomique, étaient utilisés par Colomb et ses contemporains; il est très probable que leur usage ne se répandit parmi les navigateurs européens qu'après le voyage de Vasco de Gama.
 
Il existe également un autre instrument de mesure, plus précisément de mesure d'angle, dénommé "arbalète".

En héraldique: l'arbalète est généralement posée en pal, la corde détendue.

Dans le domaine de la pêche: A. Boyer, Les Pêches maritimes, 1967, p. 51.
    - . . . en Europe, les pêcheurs (principalement au Portugal et en Espagne) utilisaient une sorte d'arbalète lançant un harpon de petite dimension.
    - Pêche à l'arbalète, c'est-à-dire Pêche à la surprise (Spéc. Lar. Encyclopédie)

En chanson:
"A l'ombre du coeur de ma mie" de Georges BRASSENS

A l'ombre du coeur de ma mie
Un oiseau s'était endormi
Un jour qu'elle faisait semblant
D'être la Belle au bois dormant

Et moi, me mettant à genoux
Bonnes fées, sauvegardez-nous
Sur ce coeur j'ai voulu poser
Une manière de baiser

Alors cet oiseau de malheur
Se mit à crier "Au voleur"
"Au voleur" et "A l'assassin"
Comme si j'en voulais à son sein

Aux appels de cet étourneau
Grand branle-bas dans Landerneau
Tout le monde et son père accourt
Aussitôt lui porter secours

Tant de rumeurs, de grondements
Ont fait peur aux enchantements
Et la belle désabusée
Ferma son coeur à mon baiser

Et c'est depuis ce temps, ma soeur
Que je suis devenu chasseur
Que mon arbalète à la main
Je cours les bois et les chemins.


moufle.jpeg
                                                       contrepoids.jpeg









Barante, Histoire des Ducs de Bourgogne, t.2, 1821-1824, P. 155
    Le Duc de Bourgogne conduisit lui-même son fils à Saint-Denis, (...) il lui composa une brillante maison des principaux chevaliers de Bourgogne, lui désigna de sages conseillers, fit recruter pour lui des corps d'archers et d'arbalétriers.
Idem, t.3, 1821-1824, p. 256
    . . . par bonheur le comte de la Marche, s'étant laissé engager trop avec un petit nombre d'hommes, avait été pris par les Orléanais, à Janville dans la Beauce, et la crainte des représailles sauva le grand-maître des arbalétriers.
Grand-maître des arbalétriers: Grand officier de la couronne qui commandait l'infanterie et partageait avec le connétable, chef de la cavalerie, l'autorité suprême de l'armée au Moyen Âge.

Arbalétrier
 est aussi le nom donné à certaines corporations d'armuriers qui fabriquaient des arbalètes et des arquebuses.

Le substantif est aussi utilisé dans des emplois spécifiques:
Dans le domaine de la charpente, Viollet le Duc, 1875: "Pièce de charpente inclinée qui, dans une ferme, s'assemble à son extrémité inférieure sur l'entrait et à son extrémité supérieure au sommet du poinçon." 

Mérimée, les lettres à Viollet-le-Duc, 1870, p. 53.
    L'infortuné fils (Fould) a acheté une maison (...) avec un toit soutenu par desarbalétriers sans entraits. . .

Dans le domaine maritime, Gruss, 1952:
    "Espar servant à supporter transversalemen les tentes d'un navire."

Dans le domaine ferroviaire:
Le train trans-Europe-Express (TEE), qui fut créé en 1957, afin d'effectuer la liaison entre Paris-est (gare) et Zurich, via Troyes, a pour nom de baptême " l'Arbalète".
 
Dans l'espace cinématographique: 
Il y a un film de 1984, dont le réalisateur est Sergio GOBBI, qui a pour titre "Arbalète".
 
Dans le secteur de l'édition:
 
Les Editions Gallimard sont propriétaires d'une maison d'édition qui fut fondée en 1941 à Lyon, et qui a pour appellation " l"Arbalète".

Dans le domaine ornithologique, Gruss, 1952.
    "Nom vulgaire du martinet noir, qui, par sa forme et la vitesse de son vol,  rappelle l'arbalète"

En argot, J.-F. Rolland, dans le Dictionnaire du mauvais langage, 1813.
    On dit proverbialement d'un homme qu'il n'est pas grand arbalétrier, pour dire qu'il n'est pas d'une complexion forte et vigoureuse ou (...) pour marquer que ce n'est pas un homme habile. 

"Chansons des rues et des bois" - Livre Ier Jeunesse - VICTOR HUGO (1802-1885)
L'éternel petit roman - Sommation irrespectueuse - 13ème strophe

L'oeillade est une dette,
L'insolvabilité,
Volontaire, complète
Ce monstre, la Beauté.

Craindre ceux qu'on captive!
Nous fuir et nous lier!
Être la sensitive
Et le mancenillier!

C'est trop, aimez, Madame.
Quoi donc! Quoi! Mon souhait
Où j'ai tout mis, mon âme
Et mes rêves, me hait!

L'amour nous vise certes,
Notre effroi peut crier,
Mais rien ne déconcerte
Cet Arbalétrier.

Sachez donc, ô rebelle,
Que souvent, trop vainqueur,
Le regard d'une Belle
Ricoche sur son coeur.

Vous pouvez être sûre
Qu'un jour vous vous ferez
Vous-même une blessure
Que vous adorerez.

Vous comprendrez l'extase
Voisine du péché,
Et que l'âme est un vase
Toujours un peu penché. 
                                                                   

SAINT-GEORGES - Poésie d'Emile VERHAEREN (Les Apparus dans mes chemins)

Ouverte en large éclair, parmi les brumes,
Une avenue;
Et Saint Georges, cuirassé d'or,
Avec des plumes et des écumes,
Au poitrail blanc de son cheval, sans mors,
Descend.


L'équipage diamantaire
Fait de sa chute, un triomphal chemin
A la pitié du ciel vers notre terre.


Prince de l'aube et du matin,
Joyeux, vibrant et cristallin,
Mon coeur nocturne, oh  qu'il  l'éclaire,
Au tournoiement de son épée auréolaire!
Que j'entende le bruit glissant
Du vent, autour de sa cotte de mailles
Et de son gonfanon dans les batailles;
Le Saint Georges, celui qui luit
Et vient, parmi les cris de mon désir,
Saisir
Mes pauvres bras tendus vers sa vaillance!


Comme un grand cri de foi
Il tient, droite, sa  lance,
Le Saint Georges;
Il fait comme un tumulte d'or
Dans le céleste et flamboyant décor;
Il porte au front l'éclat du chrême,
Le Saint Georges du haut devoir,
Beau de son coeur et par lui-même.


Sonnez toutes mes voix d'espoir!
Sonnez en moi; sonnez, sous les rameaux,
En des chemins pleins de soleil!
Micas d'argent, soyez la joie entre les pierres;
Et vous, les blancs cailloux des eaux,
Ouvrez vos yeux, dans les ruisseaux,
A travers l'eau de vos paupières;
Paysage, avec tes lacs vermeils,
Sois le miroir des vols de flamme
Du Saint Georges vers mon âme!


Contre les dents du dragon noir,
Contre l'armature de lèpre et de pustules,
Il est le glaive et le miracle,
La charité, sur sa cuirasse brûle,
Et son  courage est la débâcle
Bondissante de l'instinct noir;


Feux criblés d'or, feux rotatoires
Et tourbillons d'astres, ses gloires,
Aux galopants sabots de son cheval,
Eblouissant les yeux de ma mémoire,
Il vient, en bel ambassadeur
Du pays blanc, illuminé de marbres,
Où,  dans les parcs, au bord des mers, sur l'arbre
De la bonté, suavement croît la douceur. 

Le port, il le connaît, où se bercent, tranquilles,
De merveilleux vaisseaux emplis d'anges dormants,
Et les grands soirs, où s'éclairent des îles
Belles, mais immobiles,
Parmi les yeux, dans l'eau, des firmaments,
Ce royaume, d'où se lève, reine, la Vierge,
Il en est l'humble joie ardente - et sa flamberge
Y vibre, en ostensoir, dans l'air;
Le dévorant Saint Georges clair
Qui frôle et éblouit de son éclair
Mon âme.

Il sait de quels lointains je viens,
Avec quelles brumes, dans le cerveau,
Avec quels signes de couteau,
En croix noires, sur la pensée,
Avec quel manque de biens,
Avec quelle puissance dépensée,
Avec quel masque et quelle folie,
Sur de la honte et de la lie.

J'ai été lâche et je me suis enfui
Dans un jardin de maux et de pleurs infertiles;
J'ai soulevé quand me cernait la nuit
Les marbres d'or d'une science hostile
Vers des sommets barrés d'oracles noirs;
Seule la mort est la reine des soirs
Et tout effort humain n'est clair que dans l'aurore;
Avec les fleurs, la prière désire éclore
Et leurs douces lèvres ont le même parfum;
Le blanc soleil, sur l'eau nacrée, est pour chacun
Comme une main de caresse, sur l'existence;
L'aube s'ouvre, comme un conseil de confiance,
Et qui l'écoute est le sauvé
De son marais, où nul péché ne fut jamais lavé.

Le Saint Georges rapide et clair
A traversé, par bonds de flamme,
Le frais matin, jusqu'à mon âme;
Il était jeune et beau de foi;
Il se pencha d'autant plus bas vers moi,
Qu'il me voyait plus à genoux;
Comme un intime et pur cordial d'or
Il m'a rempli de son essor
Et tendrement d'un effroi doux;
Devant sa vision altière,
J'ai mis, en sa pâle main fière,
Les fleurs tristes de ma douleur;
Et lui, s'en est allé, m'imposant la vaillance
Et sur le front, la marque en croix d'or de sa lance,
Droit vers son Dieu, avec mon coeur.

(à suivre)
                                                                                                                    
                                                                                                                   arbalete-et-pavois.jpeg

tenue-historique.jpeg













Identification - Assimilation Rapprochement

Domaine animal

    A ma connaissance, il existe deux sortes de poissons, dont les moeurs, la physionomie autant que la physiologie, ont amené les scientifiques à lesbaliste.jpg

 qualifier soit d'Arbalétrier, soit d'Archer.

1. Le Baliste carolinensis
    Communément appeléArbalétrier, Cochon de mer ou encore poisson gâchette, ce poisson assez curieux, au corps large, ovale et comprimé, a une peau de teinte brunâtre, rugueuse, faite de petites plaques jointives non soudées, constellée de points bleus. Les yeux sont plavés très haut au-dessus des opercules.  Ses nageoires sont intéressantes, en ce sens que c'est par celles-ci, ou en tout cas, par une de ces nageoires, que le poisson a été qualifié"Arbalétrier".
    La nageoire dorsale a trois rayons osseux:
        -le premier forme une épine qui peut être dressée et bloquée par le deuxième, comme on bande une arbalète, ce qui constitue une arme défensive tout à fait efficace. Cette épine l'empêche d'être dégluti, mais lui permet aussi de se fixer fermement dans un creux corralien ou dans l'espace d'un rocher.
       -le troisième rayon assure le déverrouillage du dispositif.
    La nageoire dorsale et anale sont plus larges.
    Les nageoires pelviennes sont très réduites et se résument à un piquant érectile suivi d'épines réunies par une membrane.
    Les nageoires pectorales sont de petite taille.
Les ondulations des nageoires dorsales et anales lui permettent de nager dans toutes les directions, et son orientation, jusqu'à des profondeurs d'une centaine de mètres, lui est acquise par les nageoires pectorales et caudales.
  
dentition-de-baliste.jpgCe poisson baliste est ovipare et carnivore. Il possède des dents puissantes diposées sur deux rangs à la mâchoire supérieure, ce qui lui permet de briser du corail, les coquilles de mollusques et même des huîtres. Il consomme également des crustacés. C'est un prédateur macrophage.
    C'est un poisson des mers tropicales. On dit qu'il est "vagile", c'est à dire se déplaçant dans les profondeurs. C'est de cette manière qu'il pénètre en Méditerranée à la saison chaude et il y vit sur les fonds rocheux entre 10 et 100 mètres de profondeur.
    Sur les rivages atlantiques, ce poisson est consommé frais ou fumé.

2. Toxotes Jaculatrix
    toxotes.jpg

Il existe une autre espèce de poisson qui a une relation avec l'archerie, le tir, non pas à l'arbalète, mais à l'arc. La confusion entre celui-ci et le Baliste Carolinensis est fréquent et pourtant son aspect est différent. Généralement gris-argent avec 3 taches côniques noires sur les flancs, le "Toxotes Jaculatrix" est le"poisson-archer". Ce poisson, d'environ 15 centimètres, insectivore, a une méthode de chasse spectaculaire et donc inhabituelle. Il projette, avec une réelle force, un jet de gouttelettes d'eau par la bouche en direction de l'insecte se trouvant sur une branche ou une feuille et même en vol. Il peut l'abattre jusqu'à une distance de deux mètres. Son procédé est le suivant: il aspire une quantité d'eau, ensuite contractetoxotes-archer.jpg
violemment ses opercules et ses maxillaires inférieurs et hyoïde, ce qui a pour effet d'expulser l'eau par une petite ouverture à l'avant de sa bouche.
Ce qui est tout à fait étonnant, ses tirs s'effectuent pratiquement toujours sous un angle de +/- 80 ° et il ne semble donc pas être perturbé par la réfraction de l'eau. Autre fait surprenant, notrepoisson-archer abat les insectes que si ceux-ci peuvent tomber à un point où il peut s'en saisir facilement. 
Son dos foncé lui permet de se confondre avec le fond sombre de la rivière et les taches  latérales, l'associer aux ombres portées par la végétation. On trouve cet habilepoisson-archer dans le sous-continent indien jusqu'au nord de l'Australie, dans les mangroves (forêts de palétuviers et littorals vaseux). 
              

Recherche: 
1. Les Ressources Textuelles et Lexicales du Centre National français.
2. Futura-Sciences -Jean Etienne
3. Carnaval sous la mer - R. Catala, Ed. Sicard, 1964
4. Le baliste Cabri - G. Melin, 1789
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site