Ad Memoriam
 
Hommage à 
Son Altesse Sérénissime Jean-Engelbert
XIIème Duc d'Arenberg
 
   
1-jean-engelbert-darenberg.jpg
 
Le Duc d'Arenberg Jean-Engelbert, Très Haut Chef-Doyen du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles, est décédé à Lausanne-Ouchy le 15 août 2011, jour de la fête de l'Assomption de la Vierge Marie.
Comme les membres du Comité et tous les Compagnons, j'ai été profondément affecté par cette triste nouvelle, portée à ma connaissance, au lendemain de la triste issue, par son fils aîné, le Prince Léopold.
S.A.S. Jean-Engelbert est né aux Pays-Bas à s'Gravenhage, le 14 juillet 1921. Ce merveilleux homme, qui venait de fêter son 90ème anniversaire, avait occupé des charges importantes dans le domaine bancaire et des assurances, soit en tant que président ou membre de divers Conseils d'Administration. Bien dans la lignée de ses ancêtres, cet homme de qualité s'est distingué par sa culture d'une étendue considérable. Docteur en Droit, il a encore ajouté à son bagage intellectuel un Master of Arts, acquis dans la célèbre Georgetown University. Le Duc Jean-Engelbert s'est nourri de l'excellence académique de cette institution catholique logée le long de la rivière Potomac. Cette expérience l'a autorisé de se signaler par une vitalité intellectuelle exceptionnelle, que ce soit dans les arts ou les sciences humaines. Profondément humaniste, il n'hésitait pas, chaque fois que l'occasion lui était offerte, de témoigner son attachement aux arbalétriers du Grand Serment de Saint-Georges. Dans ses lettres qu'il prenait plaisir à me faire parvenir, il ne manquait jamais de faire part de toute l'attention qu'il réservait à la lecture de la revue trimestrielle de notre vénérable Gilde. Mon affection était grande pour cet homme d'une simplicité peu commune, direct et pour tout dire exceptionnel. Dans une de ses dernières missives, il confessait son regret de ne plus pouvoir se déplacer selon ses souhaits et ne plus assurer un déplacement vers Bruxelles ou dans "sa" forêt d'Ardennes qu'il aimait par-dessus tout.
 
Jean-Engelbert était Membre fondateur des Archives et Centre Culturel d'Arenberg (ACA). Cette institution culturelle constitue un élément tout à fait précieux du point de vue historique. En rendant accessible au public les riches archives de son illustre famille, qui s'étendent sur plus d'un millénaire, cet homme a favorisé une meilleure connaissance de la culture et de l'histoire de l'espace Européen. 
 
 
Talentueux tant pour l'écriture que pour les exposés historiques, je conserverai précieusement deux documents qu'il m'avait fait l'honneur de m'offrir: "La couronne de Belgique et le Saint-Siège (1830-1831)", qui est une excellente et importante biographie du Duc Prosper-Louis, et la plaquette reprenant son brillant exposé fait à Enghien le 14 septembre 1996, sur la vie d'Antoine d'Arenberg, mieux connu sous le nom de Père Charles de Bruxelles, homme surdoué à l'existence mouvementée, créateur du parc d'Enghien.
 
S.A.S. le Duc Jean-Engelbert, Prince du Saint Empire, était Docteur Honoris Causa de la Catholieke Universiteit Leuven, Citoyen d'Honneur des Villes d'Enghien et d'Aarschot, Officier de l'Ordre de Léopold et de la Couronne, Chevalier d'Honneur et de Dévotion de l'Ordre Souverain de Malte, Chevalier de l'Ordre (Bavarois) de Saint-Georges, Commandeur de l'Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

Le Duc Jean-Engelbert a assuré la pérennité des traditions particulières, dominantes de la Maison d'Arenberg qui a produit tant de dignitaires politiques, militaires ou religieux, sans oublier les nombreux mécènes. Les relations privilégiées et les liens particulièrement solides qui lient la noble famille d'Arenberg à notre Grand Serment depuis des centaines d'années nous ont amenés, très logiquement et spontanément, à rendre un hommage respectueux mais notable, marquant à notre regretté Très Haut Chef-Doyen, lors du service religieux en l'église Notre-Dame du Sablon, le 27 août 2011. Ce devoir devait être accompli.

Le Doyen-Chef et tous les Compagnons ont réitéré leurs témoignages de sympathie à la Princesse Sophie et à tous les Membres de la Famille d'Arenberg.

Michel STAES 
 
Doyen-Chef Honoraire
 
 
 
2-hugo.jpg
    Mon ami Hugo, ta disparition, ce 18 février 2009, m'a plongé dans une tristesse incommensurable. A l'issue d'un bref entretien téléphonique tout récemment, je devais te rappeler. Les sollicitudes quotidiennes m'ont fait reporter malheureusement ce contact. Mon amertume est considérable. Avec une bravoure extraordinaire, tu as lutté farouchement , pendant plusieurs années, contre cet enchaînement du dérèglement de ton organisme. Tu as entrepris ce combat, en dissimulant ta souffrance, en minimisant l'ampleur de l'épreuve, en réduisant son importance, et cela a suscité l'admiration de tous ceux qui avaient le bonheur de te fréquenter. Avec une lucidité qui ne t'a jamais quitté, dans les dernières heures de ton séjour parmi nous, bien conscient des signes de l'inéluctable, tu as encore eu le cran, tu as eu cette hardiesse de soumettre tes souhaits quant au déroulement de tes obsèques.
    Toi, l'ami fidèle, tu avais formé le souhait de la présence des Compagnons du Grand Serment, et exprimé le désir que je rappelle tes passions, en quelques mots, à l'assemblée. "Le premier devoir de l'amitié n'est point de donner de stériles regrets à l'ami disparu, mais de garder la mémoire de ses volontés et d'exécuter ses recommandations". Nous avons mis en pratique cette citation de Tacite, et nous avons accompli tes dernières volontés.  Né en Flandre Occidentale, domicilié dans les Ardennes, et résidant dans une "Commune à facilités" de la périphérie bruxelloise, Hugo, tu étais l'archétype du citoyen, le parangon belge, ancré dans tes convictions profondes de patriote.        
    Mais, ce qui doit demeurer dans les mémoires, c'est ta passion et ton action désintéressée pour le maintient en vie du patrimoine folklorique, ce capital culturel unique de Bruxelles. 
Tu es et resteras, le  "Monsieur Folklore", le "Monsieur des Traditions populaires". Dans les hautes fonctions que tu as exercées au sein de la Commission Communautaire française, tu n'as jamais failli à ton devoir de défendre, de manière impartiale, la fortune culturelle de Bruxelles. Parmi tes coups de coeur, on ne peut ignorer le  Théâtre Royal de Toone, les Neuf Nations de Bruxelles, les Chevaliers de Saint-Michel, l'Ommegang, et puis surtout le Grand Serment Royal et de  Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles, auprès duquel, j'ai eu le bonheur de te parrainer. L'imposante délégation de notre Gilde séculaire, qui t'a rendu les honneurs, témoigne de la considération que nous portions. à un éminent Compagnon. 
    Hugo, mon filleul, je perds un grand ami, un vrai ami. Mais,  dans ce singulier voyage que tu viens d'entreprendre, je suis à tes côtés.

3-hugo.jpg
Hugo de SAEDELEER 28 octobre 1935 - 18 février 2009


Michel STAES
Doyen-Chef Honoraire


4-georges.jpgGeorges DE BLESER 5 novembre1911 - 15 mars 2008

Très Cher Georges,

    Lors de ton nonantième anniversaire, nous avions eu la joie de te fêter au sein du Grand Serment et, alors que tu signais la page du Livre d’Or, que nous t’avions consacrée, je t’avais fixé rendez-vous pour la célébration de ton nonante-cinquième anniversaire.Tu as répondu à notre souhait et nous avons eu la joie de t’entourer à la rencontre fixée en 2007.
    Tu ne seras pas présent, malheureusement, pour le centième en 2011, puisque tu as pris la décision de te rendre dans un autre Univers. Ce 15 mars, à 15 heures tu as franchi la frontière de cet espace qui nous est inconnu. Cette nouvelle étape, après ton exceptionnel parcours terrestre, va te permettre de te reposer après les périodes parfois douloureuses de ta vie.     Nous avons toujours admiré ta sérénité et ton caractère démocrate alors que ta chair et ton esprit ont été martyrisés par la bêtise et la cruauté de certains êtres humains au raisonnement limité. Tes relevés des trafics dans la gare d’Etterbeek, le relevé topographique d’installations aéronautiques, de dépôts de munitions dans la forêt de Soignes te font arrêter le 28 septembre 1942, et tu es amené à Breendonk. À la mi-avril 1943, tu es ramené à Saint-Gilles et ensuite enfermé à Natzweiler. Fin 1943 tu es transféré à Buchenwald jusqu’à l’arrivée des Américains et la libération des camps le 11 avril 1945. Ton retour en Belgique a lieu le 7 mai 1945.Tu m’as raconté les affres de la faim et de la mort que tu as connues dans les camps de Breendonk, Buchenwald, Natzweiler et un de tes souvenirs marquants m’a paru extraordinaire : ton premier vrai repas, après tant d’années de privation, un régal disais-tu,  alors qu’il  ne se composait que d’une tranche de pain blanc et d’asperges à la flamande avec persil. « Le goût étant le sens de l’agréable, il s’affine dans la souffrance », comme l’écrit très justement Anatole France. 
    Tu as toujours exécré la dictature, sous toutes ses formes, et ta résistance exemplaire à l’envahisseur t’a valu d’exceptionnelles distinctions honorifiques. La croix d’Officier de l’Ordre de Léopold, la Croix de Guerre 1940-1945 avec 2 citations, la Croix de Prisonnier Politique 1940-1945 avec 6 étoiles ont été complétées, il y a un an, par la Croix de Commandeur de l’Ordre de Léopold II. Quelle référence, quel exemple pour tous les Compagnons de notre vénérable Corporation. De ton expérience de la guerre et des camps, tu as retiré plus de tolérance, moins de sectarisme.     Nous t’avons toujours vu à l’écoute des gens, à échanger des arguments afin de mieux se comprendre. Nous admirions ton optimisme
    Pendant près de 25 ans tu as guidé les jeunes au Fort de Breendonk et dans d’autres lieux concentrationnaires afin de leur expliquer le sadisme exercé sur les prisonniers, et les rendre ainsi conscients de la terreur que les hommes peuvent faire régner. Je me souviendrai toujours des larmes qui perlaient sur ton visage lorsque tu me parlais des expériences sadiques que les SS pratiquaient sur des enfants à Neuengamme.
    Du Doyen-Chef  au nouvel apprenti, tous les Compagnons sont orphelins de leur ami Georges. Nous ne t’entendrons plus raconter la dernière histoire humoristique à l’ouverture et à l’issue de la réunion du jeudi. En ce qui me concerne, j’aurai le privilège de pouvoir rester en communication avec toi en relisant certaines de tes lettres que tu me faisais parvenir par amitié. 
  Très Cher Georges, pendant pratiquement trente années, le Grand Serment Royal et de Saint-Georges a eu la fierté de te compter comme Arbalétrier.         Depuis de nombreuses années tu étais notre « Doyen dans la Gilde » comme tu souhaitais qu’on te qualifie.Ton souvenir ne peut donc qu’être permanent, il persistera. À cet égard, nous souhaiterions te demander encore un service. En attendant que nous venions te rejoindre dans cet autre monde, fais donc l’inventaire des possibilités qui nous permettent, là-bas, de résister au temps qui passe, d’y installer un nouveau Borgendael, et de nous retrouver tous ensemble, et continuer à faire honneur à notre Gilde historique. À plus tard Georges.
    
                                                                          Michel STAES
                                                                    Doyen-Chef Honoraire

5-patrick-dudekem.jpgComte Patrick d'Udekem d'Acoz
28 avril 1936-25 septembre 2008
Membre d'Honneur


    C'est avec une émotion intense que nous avons appris le décès du comte Patrick d'Udekem d'Acoz, le 25 septembre, un jeudi, jour habituel de la réunion.

    Après des études d'agronomie, Patrick d'Udekem s'était installé en Province du Luxembourg en 1958. Il fut le dernier Bourgmestre de Villers-la-Bonne-Eau avant la fusion des communes. Il fut ensuite Conseiller communal de Bastogne et Conseiller Provincial. Il était Lietenant-Colonel de réserve Honoraire de la Force Aérienne.

    En 1971, il épouse la Comtesse Anne Komorowski, née  le 24 septembre 1946 à Bialograd (Pologne), fille de feu le Comte Léon-Michel et de feu la Princesse Sophia Sapielia-Kodenska. De ce couple sont nés quatre enfants, Mathilde, (devenue Princesse de Belgique par son union avec le Prince Philippe), Marie-Alix (1974-1997), Elisabeth (1977), Hélène (1979) et Charles-Henri (1985).

    Les Compagnons du Grand Serment Royal et de Saint-Georges avaient eu l'honneur et le plaisir de l'accueillir, le 12 mai 2005, dans leur local-musée, pour lui remettre l'épitoge de sa qualité de membre d'honneur de la vénérable Gilde.
    
    Affichant un sourire attachant, exprimant le verbe avec justesse, maniant l'humour, faisant preuve d'une grande classe et d'une simplicité évidente, il avait témoigné un grand intérêt pour nos activités. Avec extrêmement d'élégance, il n'hésita pas d'intervenir avec beaucoup d'humour lors du discours d'accueil.

    Manifestement comblé par son séjour parmi nous, il nous avait fait part de son intention de revenir nous rendre visite. Notre regret que cette promesse ne pourra plus se réaliser, est au diapason de la douleur ressentie par sa disparition.

    Les Compagnons ont exprimé à son épouse, la comtesse Anne, à la princesse Mathilde et à la famille, la profonde tristesse ressentie par tous à l'annonce du décès.


6-armes-dudekemjpg.jpg

                                                                           Michel STAES

                                                                     Doyen-Chef Honoraire

    J'ai appris, ce mois de novembre 2008, que le Président, du Conseil de la Fabrique d'église de Notre-Dame du Sablon, Jean-Pierre de BAVAY, est décédé.

     Je suis personnellement très affecté pas la disparition subite de ce merveilleux homme, ami très  attaché au Grand Serment de Saint-Georges.

    Que sa famille veuille bien accepter mes condoléances émues.

7-de-bavay.jpg

Jean-Pierre de BAVAY

                                                                          Michel STAES

                                                                    Doyen-Chef Honoraire  

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×