Atteindre le but

Ai-je porté son nom assez haut
L’arbalète cette mère de la flèche ?
Du Seigneur au Hobereau
Avec justesse il encalbèche

Les mains glissent avec bonheur
Sur son corps de bois précieux
Et l’ajustent à l’épaule sans heurt
Car atteindre le but est l’enjeu..

Si à sa vue certains sont dédaigneux
Ou la méprisent à cause de sa gloire,
Le Compagnon, par ses talents merveilleux,
Démontre rapidement son pouvoir.

Sûr de lui, il prie quand même Saint-Georges
De guider la flèche sur la trajectoire
Pour que celle-ci poussée dans la gorge
Atteigne le centre et lui offre la victoire.

Sur son épaule il ajuste posément son arme
Puis fait glisser lentement le doigt sur la détente
Sur le talon de la flèche la corde de toute son âme
Claque et la fait voler telle une étoile filante. 

Aux buts un bruit mat brièvement résonne
Le trait est fiché au centre du petit cercle noir
L’assistance d’une voix forte claironne
Rose, Rose, Rose, voilà un Roy pour la gloire !

Les accolades, les poignées de main au vainqueur
Très ému, lui procurent une juste fierté.
Gagner, porter le collier de Roy est un grand bonheur
La victoire d’un instant s’inscrit pour l’éternité.

Destin

Quand tu as une arbalète
Tu as une flèche
Lorsque tu as une flèche
Il y a une cible
S’il y a une cible
Tu veux une visée
Si tu as une visée
Tu veux une rose
Lorsque tu as une rose
Tu deviens un Roy
Quand tu es un Roy
Tu as atteint ton but
Ton but une fois atteint
Tu redeviens toi
Tu es un arbalétrier
Puisque tu es arbalétrier
Tu as choisi une Société.
Si ton choix est bon
Saint-Georges est ton Patron
Et le Serment est du même nom
C’est à Bruxelles que tu le trouves
Il est Royal et il est Grand.

Désespoir

Oh flèche vient terminer ta course dans la rose,
S’exclamait, un jeudi soir, subitement désespéré,
      Le pauvre Arbalétrier par le sort accablé
         De voir les autres tirs de virtuoses.
            L’arbalète posée contre la table,
               Mais qu’a-tu donc, lui dit-il,
                   Ah, par Saint-Georges
                   Par toi je suis inhabile
                    De traits tu te gorges
                         Et de centres
                              Aucun !

Finalité

De l’arbalète lancée
Pauvre flèche empennée
Où vas-tu ? Tu n’en sais rien.
La noix a libéré la corde
Qui était son seul soutien
Sur le fût qui la borde.
La flèche, le trait ou le carreau,
Depuis le temps qu’on l’utilise,
Que ce soit sur terre ou sur l’eau,
Nombreux sont ceux qui la diabolise.
Au field, à la perche ou au but,
Elle va où l’arbalétrier vise,
Et si chez certains cela se discute,
Pour Saint-Georges en premier,
La devise est « Deus et Patriae ».

SlamArba

Il est une habitude qui mène chaque jeudi à la royale impasse

on ne s'en lasse, le temps pas assez vite passe, pour rejoindre cet espace.

Ouvre-toi grille, écarte tes battants, laisse-moi le chemin libre

je n'ai pas besoin de guide, sur les pavés je garde l'équilibre.

Pourquoi compter les pas, ces lieux me sont tellement familiers

mesurer la distance de la place au local serait m'humilier.

Tout au fond, la verdure des jardins du Palais s'allongent derrière le coin

le parcours, c'est évident, ne peut que se terminer dans le recoin.

Et là, le grand portail vert marqué aux armes de la vénérable corporation

une fois franchi, l'espace sous les voûtes engendre quelques palpitations

C'est quoi tous ces hommes en blazer et baudrier rouge et vert?

Et ces murs de bannières, trophées, documents et armes recouverts?

C'est l'antique Grand Serment Royal des Arbalétriers de Saint-Georges

Fier de ses traditions qu'il perpétue, et de son patrimoine qu'il forge

depuis plus de 625 ans, bravant les entraves, les chicanes et les peines,

mettant en valeur le compagnonnage, le tir et la rigueur en prime time,

Ces hommes qui vivent dans la durée ne sont jamais désabusés

par le tir avec cette arme historique, ils sont perpétuellement passionnés.

De leur expérience, les anciens font vivre cette vénérable corporation,

ils actionnent le souvenir du passé pour bâtir l'avenir par leur action.

Le blazer à la broderie d'or et d'argent, barré du baudrier parti rouge et vert

avec fierté, distingue l'arbalétrier bruxellois sous ces voûtes séculaires.

Ce dôme de maçonnerie pour ces hommes, ne sont pas leur seul horizon,

leur regard est fixé sur des buttes de bois et d'acier aux cibles de carton.

Aux différents pas de tir, sans rivalité, par deux trois ou quatre tireurs,

ils concourent avec calme et enthousiasme pour devenir le gagneur.

Les Arbalétriers répètent ces gestes anciens qui rendent la gloire,

par le tir à l'arbalète ancienne ils vivent et perpétuent l'histoire.

Pour eux, c'est sûr, la valeur et la grandeur du passé sont en ces lieux,

à chaque visite ils trouvent leur local-musée plus prestigieux.

Lorsqu'il épaule son arme le tireur veur être un virtuose,

En toute circonstance, il a le coeur au bord de chaque rose

sa seule ambition est de faire honneur au vénérable Grand Serment

et d'atteindre, par le lancer de dix flèches, le score ardu de cent.

Pour le Compagnon, se réunir chaque semaine dans l'amitié est un début,

depuis plus de six cents ans c'est ainsi que le Grand Serment a survécu.

Maintenir l'esprit, et sans prétentions rester ensemble est un progrès,

ne pas rompre avec les traditions et ne rien imposer est un succès.

Protéger le patrimoine en travaillant ensemble est la réussite,

les Arbalétriers unis et tous égaux sont la barrière à l'absolutiste.

Dans leur local ils sont tous détenteurs de l'héritage conservé,

aucun membre ne peut s'arroger le droit personnel de propriété.

Les résolutions et les décisions à chacun sont soumises pour approbation,

la force de leur union réside dans la conformité des opinions.

Le Grand Serment Royal et de Saint-Georges demeure impérissable,

quand les traditions ne souffrent pas de remaniements interminables.

L'arbalète n'est plus un instrument d'attaque ou de défense,

sous les voûtes royales l'image de l'arme prend un autre sens.

L'Arbalétrier de Saint-Georges lui donne une autre valeur,

il l'utilise dans un affrontement qui tient du jeu avec honneur.

 
 
Commentaires (2)

1. dch66 (site web) 23/01/2013

Quelle surprise combien agréable de voir que notre chère Maïté a rendu visite à la nouvelle version de ce site encore très imparfait. Ce sera un plaisir, et un privilège pour moi, de reprendre ton très intéressant site en lien.
Amicalement.

2. Maïté/Aliénor (site web) 20/01/2013

J'entre par la petite porte laissée ouverte et je découvre la nouvelle version du site.
Ainsi que les essais poétiques...
Que de talents!
Longue vie à ce site historique de valeur.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×