1-n-d-laeken.jpg
En 1817, Joseph POELAERT voit le jour au Marché au Charbon. A 18 ans, il commence à se passionner pour l'art et rentre à l'Académie de Bruxelles en 1836. Il est marqué par les réalisations du graveur Joseph MARTIN, pour qui "un monument doit faire ressortir le caractère de sa destination". Joseph postule à divers concours et en remporte un grand nombre. Il devient l'auteur de la fontaine de la Place Rouppe, de l'école communale n°6 du boulevard du Midi, de l'aménagement de la Place des barricades et de la statue de Vésale. Il se met aussi à l'étude demandée pour la création d'une colonne dédiée au Congrès National et à l'Indépendance. Il remporte aussi ce concours, qui obligeait l'auteur à s'arrêter aux points suivants: l'édifice devait reprendre les noms de tous les membres du Congrès, représenter toutes les Provinces, afficher une beauté supérieure à la colonne de Trajan de Rome et être plus haute que la colonne Vendôme. Il est ensuite chargé de la construction de la nouvelle église Sainte-Catherine.
La Cour a l'oeil sur cet artiste et le charge de la décoration de la cathédrale Saint-Michel pour les funérailles de la Reine. Le Roi Léopold Ier lui-même le charge d'édifier à Laeken une église à la mémoire de la première souveraine du royaume.
Ajoutons encore qu'il fut l'architecte aux Travaux publics de la Ville et qu'il eut charge de superviser l'édification de la caserne des pompiers de la rue Blaes. Il réalise dans la cour de l'Hôtel de Ville, une salle de bal gothique pour la majorité du futur roi Léopold II et décore la cathédrale Saint-Michel pour son mariage le 10 août 1853. Après l'incendie de la Monnaie en 1855, cest encore lui qui remporte le concours de sa reconstruction.

Un nouveau concours est lancé pour la construction du nouveau Palais de Justice au "Galdenberg". Près d'une trentaine d'architectes belges et étrangers présentent leur projet et aucun de ceux-ci ne donne satisfaction. Poelaert propose le sien qui, bien que gigantesque et hors normes de l'époque, est accepté. Ce chef-d'oeuvre fera son renom mais causera aussi sa perte. Il subira pendant vingt ans des polémiques de tous genres, des critiques acerbes et en mourra trois ans avant son inauguration.

L'extérieur de l'église est actuellement en pleine restauration, à l'exclusion de la chapelle royale.
______________________

Hommage au Roi Albert Ier et à la Dynastie
2-hommage-albert-ier.jpg
La Tradition, pour le Grand Serment Royal et de Saint-Georges, a toujours été, est et restera un leitmotiv dans sa conduite, un guide dans son action. Le respect de la parole donnée, le serment d'honorer ses engagements doit toujours être le fil conducteur d'un Compagnon Arbalétrier de Saint-Georges.

S.M. le roi Albert Ier était très attaché au Grand Serment de Saint-Georges et lors de sa visite dans le cadre du 550ème anniversaire de la vénérable Société, le Roi fut fait "Roy" perpétuel de la Gilde. 
Lors de sa tragique disparition le 17 février 1934, à Marche-les-Dames, les Arbalétriers de Saint-Georges, prirent la décision de rendre hommage au Souverain défunt et à la Dynastie , chaque année, à la date anniversaire de la naissance du roi Chevalier, soit le 8 avril.


3-crypte-royale-1830-2.jpg

Et donc chaque année, une délégation de Compagnons, à laquelle se joignent des représentants de l'Amicale Royale du 21e Bn des Fusliers V.G. 40-45, se rend à la Crypte Royale de Laeken pour se recueillir et déposer des fleurs sur les tombes des Membres de la Famille Royale et plus particulièrement sur le cénotaphe central des Souverains Léopold Ier et Louise-Marie, le tombeau des Rois Albert Ier et Baudouin, effectuant également une halte devant les tombeaux des autres défunts de la Famille Royale.
 
4-marche-les-dames.jpg
Marche-Les-Dames
(Le Patriote Illustré)
 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×