arenberg299.jpgArmes: 
De gueules, à trois fleurs de néflier d'or, percées de champ.
L'écu sommé du bonnet ducal du Saint Empire, et supporté 
à dextre par un lion couronné d'or, et à senestre par un griffon couronné d'or.
Le tout posé sur un manteau aux armes de l'écu, doublé d'hermine, bordé, cordonné et houppé d'or, surmonté du bonnet de duc souverain, fourré de gueules, retroussé d'hermine à cinq arceaux, couverts de perles, et sommé d'un monde d'azur, cerclé et croisé d'or.
Devise: "Christus protector meus" d'or sur un listel de gueules.
Très Haut Chef-Doyen
    
    Le Grand Serment Royal et de Saint-Georges compte, historiquement, parmi ses Membres, trois autorités qui sont "Membre de Droit". Ces personnalités sont le Roi, qui nous honore du titre de Haut Protecteur, le Duc d'Arenberg qui nous gratifie du titre de "Très haut Chef-Doyen et le Bourgmestre de Bruxelles qui nous rend hommage par son titre de "Chef-Doyen" de notre vénérable Corporation.
    La tradition voulait que le fils aîné du Souverain ait le titre de Président d'Honneur et que le fils cadet soit Vice-Président d'Honneur. Les Princesses étaient Bienveillantes Protectrices. C'est ainsi que sous le règne de S.M. le Roi Albert Ier, S.A.R. le Prince Léopold, alors Duc de Brabant, était Président d'Honneur, S.A.R. le Prince Charles était Vice-Président et S.A.R. la Princesse Joséphine Charlotte, Bienveillante Protectrice.

    Le passé du royaume de Belgique a été marqué par de grandes familles et diverses personnalités. Parmi les familles qui ont marqué notre passé, il y a la Maison d'Arenberg qui a contribué de manière exceptionnelle à notre héritage culturel. La noble famille d'Arenberg a pratiqué un admirable mécénat en faveur de l'histoire et de la culture dans les anciens Pays-Bas. Le 16 décembre 1970, les princes Erik et Jean d'Arenberg, créèrent l'asbl  "Studium Arenbergense" afin d'encourager la recherche historique, par la voie des Archives d'Arenberg dont les Capucins du couvent d'Enghien étaient les gardiens. Lorsque les Capucins se retirèrent de la ville d'Enghien et vendirent leur couvent, c'est l'asbl Archives et Centre culturel d'Arenberg (ACA) qui prit en charge l'inventorisation, le classement et la restauration du fonds d'archives et de la bibliothèque de la maison d'Arenberg. Le 3 juin 2010, c'est la Fondation d'Arenberg qui vit le jour et qui se chargea de toutes les activités culturelles de l'ACA. Et  de nos jours, la Maison d'Arenberg poursuit son oeuvre de mécène par  des manifestations culturelles et des prix  institués pour favoriser une meilleure connaissance de l'histoire et de la culture du continent européen, c'est-à-dire:
Les deux prix d'histoire duc d'Arenberg:
    Le prix d'Arenberg d'Histoire Européenne de 4000 Euro, récompense une oeuvre originale, une étude qui contribue à une connaissance meilleure et novatrice de l'histoire européenne, destinée à un large public. L'ouvrage,  à caractère historique, concerne, entre autres, les anciennes XVII Provinces des Pays-Bas, le Saint Empire Romain de la Nation Germanique et la France du Nord.
    Le prix d'histoire de la Maison d'Arenberg, de 1000 Euro, récompense un travail de recherche à caractère scientifique, effectué principalement à partir des archives d'Arenberg, situées à Bruxelles, Cambrai, Coblence, Douai, Dusseldorf, Enghien, Louvain, Osnabrück, Paris, Salzbourg et Vienne.

   Le prix Européen d'Arenberg-Coimbra (depuis 2007), en faveur des étudiants inscrits dans le système d'échanges universitaires Erasmus, d'une valeur de 5000 Euro, en collaboration avec trente-huit universités du groupe Coimbra.
   Le prix Auguste-Franz von Arenberg, pour la première fois en 2012, en collaboration avec le prestigieux Collège de l'Europe, consacré à l'étude des systèmes fédéraux dans une optique à la fois historique et comparative.
    Ces prix sont attribués tous les deux ans à  des auteurs anglophones, francophones, germanophones et néerlandophones, sans exclure d'autres langues européennes.

     La publication d'ouvrages (depuis les années 1980)
     L'organisation de conférences et symposiums (depuis 1992)
     Participation à des expositions (depuis plus d'une dizaine d'années)
     Organisation de concerts et d'autres événements socio-culturels (depuis 2002).

    La Maison d'Arenberg tient ses origines de l'Eifel. Elle influença la prise de décisions politiques du Moyen Âge jusqu'au XIXème siècle. Cette dynastie européenne déplaça le centre de son pouvoir vers les Pays-Bas méridionaux au courant du XVIème siècle. Elle a toujours été fidèle aux Habsbourgs et, en 1576, cette fidélité fut récompensée à cette époque par l'élévation à la dignité princière et ensuite ducale, en 1644. La Maison d'Arenberg a produit des générations de dignitaires politiques, militaires et religieux de même que de nombreux mécènes. Dans le monde, mais particulièrement en Belgique, on peut encore voir des Palais, de somptueuses constructions, des parcs, des jardins, des objets d'art qui témoignent, de manière factuelle, du glorieux passé de cette noble famille.

Le Prince Léopold d'Arenberg, fils aîné de Jean-Egelbert, a succédé à son père, décédé en la fête de l'Assomption de la Vierge Marie le 15 août 2011 à Lausanne-Ouchy. Il est de ce fait devenu le treizième Duc d'Arenberg et le nouveau Très Haut Chef-Doyen du Grand Serment Royal et de Saint-Georges.
Léopold d'Arenberg né en 1956, a épousé en 1995, la comtesse Isabel-Juliana zu Stolberg-Stolberg, née en 1963. De cette union sont nés trois enfants: Natasha, Sophie, Gaspara (1996), Philippe-Léopold, Jean (1999), Alexandre, Pierre, Ernest (2001).
Le Duc Léopold, titulaire de cet héritage exceptionnel, conjointement avec ses frères et soeur, la Princesse Marie Gabrielle, les Princes Charles-Louis, Henri et Etienne, poursuit avec beaucoup de bonheur, l'action éclatante qui contribue à une meilleure connaissance de l'histoire européenne.  
 
leopold-1.jpg
Prince Léopold
XIIIème Duc d'Arenberg

♣     ♣     ♣
 
Jean-Engelbert d'Arenberg, né en 1921 à 's-Gravenhage, était le douzième Duc d'Arenberg. Il était également le 18ème Duc d'Aerschot, 7ème Duc de Meppen et 7ème Prince de Recklinghausen.  Le 18 janvier 1955, à Berchtesgaden, il a épousé la  Princesse Sophie de Bavière, fille du Prince héritier Rupprecht et de la Princesse Antonia de Luxembourg.
Jean-Engelbert  est un homme de grande culture. Docteur en Droit, master of arts 
(Georgetown University), cet homme de qualité était Docteur Honoris Causa de la Katholieke Universiteit Leuven, Citoyen d'Honneur des Villes d'Enghien et d'Aerschot, Officier de l'Ordre de Léopold et de l'Ordre de la Couronne, Chevalier d'Honneur et de Dévotion de l'Ordre du Souverain de  Malte, Chevalier de l'Ordre de Saint-Georges (Bavarois), Commandeur de l'Ordre du Saint Sépulchre de Jéusalem. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages biographiques et d'histoire. Deux de ces ouvrages, "La couronne de Belgique et le Saint-Siège (1830-1831) , étude sortie de presse en 1991 et "Le Père Charles de Bruxelles, exposé biographique relatif à Antoine d'Arenberg (1593-1669), fait à Enghien le 14 septembre 1996, ont retenu mon attention toute particulière.

13jean-engelbert.jpg
Prince Jean-Engelbert (1921 - 2011)
12ème Duc d'Arenberg
(Archives d'Arenberg)

    Le premier livre est d'un très grand intérêt, tout d'abord parce que son contenu est basé sur une étude fouillée des riches archives de la famille d'Arenberg et sur une partie des archives secrètes du Vatican. De cette étude il ressort notamment que le Saint-Siège voulait, en 1830, que le Duc Prosper-Louis devienne le roi du nouvel Etat belge en formation. Une autre raison de l'engouement ou du lien d'affection des Arbalétriers du Grand Serment de Saint-Georges pour Prosper-Louis, 7ème Duc d'Arenberg, est son attachement à notre Gilde. Sous Napoléon, il lève le Régiment de Cavalerie qui porte le nom de "Chevaux Légers belges du Duc d'Arenberg" et ensuite comme Colonel qui commande le 27ème Régiment de Chasseurs à Cheval, enrégimente des membres des Arbalétriers de Saint-Georges. Nous retrouvons la trace de l'un d'eux, François HUENENS, qui, en 1806, à l'âge de 20 ans, s'inscrit sous le matricule 23 au registre d'enrôlement pour un terme de quatre ans. Il se retrouve ainsi parmi les 852 volontaires belges sur les 1041 hommes et officiers qui composent le régiment.

louis-engelbert-arenberg300.jpg
Duc Prosper-Louis d'Arenberg (1785-1861)
Candidat du Saint-Siège
(Archives d'Arenberg)

    Le second ouvrage, qui est une plaquette reproduisant un exposé de notre Très Haut Chef-Doyen Jean-Engelbert à Enghien, nous donne un aperçu tout à fait intéressant de la vie d'Antoine d'Arenberg, plus connu sous l'appellation de Père Charles de Bruxelles. De plus, celui-ci est le véritable créateur du Parc d'Enghien et l'édificateur d'une part , en 1651, du couvent des Capucins à  Bruxelles (aujourd'hui disparu), qui se situait à l'endroit où se trouvent actuellement les rues Haute et Blaes, et d'autre part, en 1625, du couvent  des Capucins à Tervuren (détruit pendant la révolution française) qui se situait approximativement à l'endroit de l'actuel arboretum de Tervuren.

medaille-isabelle.jpeg
Médaille commémorant le triomphe
de l'Archiduchesse Isabelle
"Reyne" du Grand Serment

    Parmi les personnages illustres qui se signalèrent par leur adresse dans les landjuweelen de notre vénérable Gilde, nombreux sont ceux qui appartiennent à la noble Maison d'Arenberg. Précisément, déjà en 1619, Anne de Croy (soeur de Charles II de Croy dont elle fut l'héritière), duchesse d'Aerschot, Princesse de Chimay, qui épousa en 1587 Charles de Ligne, Comte et ensuite Prince d'Arenberg et 5ème Duc d'Aerschot, devint Reyne du Serment, dénommé, à l'époque "De jonge Guilde". Sa victoire nous est rappelée par une médaille, dont nous ne possédons malheureusement plus d'exemplaire, mais dont le tôme II de "Histoire métallique des Pays-Bas", nous livre une reproduction. La Duchesse Anne, très liée à notre Grand Serment, abat l'oiseau placé à la tourelle de l'église Notre-Dame du Sablon, quatre ans après la Reine Isabelle, qui Elle, abat l'oiseau le 15 mai 1615.

medaille-anne-de-croy.jpeg
Médaille frappée en l'honneur d'Anne de Croy
Duchesse d'Aerschot, Princesse d'Arenberg.
"Reyne" du Grand Serment de Saint-Georges

    L'extraordinaire Louis-Engelbert (1750-1820), 6ème Duc d'Arenberg, qui fut tragiquement frappé de cécité, prit une part très active à la révolution des patriotes. Lorsqu'il revint à Bruxelles, il reçut les honneurs civils et militaires et rejoignit le Serment de Saint-Georges, pour se mettre à la tête des Serments de la Ville. A cet égard, j'ajoute que le Grand Serment possède encore un dessin sous cadre, d'un élément de musiciens du Serment à cheval, dont la création date de cette époque. Cet homme, noble dans tous les sens du terme, abandonna la politique à la suite des désordres occasionnés par les Vander Nootistes et se retira dans on château d'Enghien.

    Nous savons encore que le 10ème Duc d'Arenberg, Engelbert-Carl (1899-1974), grand ami du Roi Léopold III et de la Belgique, était particulièrement attaché au Grand Serment de Saint-Georges. Il nous témoigna sa grande estime en nous offrant un nouveau drapeau, copie de celui offert par la Reine Isabelle au Serment, près de 300 ans plus tôt, et qui n'était plus que lambeaux après autant d'années d'existence.

    Nous retrouvons encore dans certains écrits de notre Grand Serment, que, en 1973, notre Corporation participe aux festivités ducales à Aerschot, le dimanche 1er juillet, à l'occasion du 440ème anniversaire de la fondation du duché d'Aerschot. Une garde d'honneur est faite par les Arbalétriers de Saint-Georges lors de l'inauguration du mémorial des ducs d'Aerschot. En remerciement, le 11ème duc d'Arenberg, Eric-Engelbert, et sa Soeur, la Duchesse de Gênes, née Princesse et Duchesse Lydia d'Arenberg, invitent les Arbalétriers du Grand Serment Royal et de Saint-Georges à une réception et à un dîner mémorables à l'hôtel Amigo à Bruxelles, le 20 août 1975.

    Certaines de nos archives font état, à un certain moment, de S.A.S. le Prince Evrard d'Arenberg, avec le titre de Vice-Président d'Honneur, de S.A.S. la Princesse Sophie de Bavière et Duchesse Jean-Engelbert d'Arenberg, de même que S.A.S. la Princesse Evrard d'Arenberg, portant le titre de Grandes Dames du Serment de Saint-Georges.

Médailles d'Arenberg pour le mérite

    La  médaille  d'Arenberg a été créée, sur demande, pour remplacer une distinction des autorités belges, par une autre de la famille d'Arenberg. Elle récompense en premier lieu des travaux scientifiques, historiques, artistiques et  littéraires Elle récompense  également les  nombreuses personnes  qui s'engagent dans  le domaine  de la culture ou de l'action sociale, et / ou qui continuent à rendre d'éminents services à la Maison d'Arenberg.

    La médaille, qui existe en or et en argent, est une reproduction d'un florin (18,832 gr) datant  de 1676, représentant le Duc souverain Charles-Eugène d'Arenberg (1674-1681).
Le verso: Carolus Eugenius D : (in Kreis 2/3) G : Dux Arenbergicus Rosette. Armes avec le chapeau ducal, le manteau d'hermine et l'écu porté par un lion et un griffon.
Au Recto: SOU INTENTA marque du fabricant de monnaies Nikolaus Longerich SOLI. Anno 1676, représentant un aigle sur une montagne tourné vers le soleil.

Il y a eu douze médailles d'or octroyées à ce jour. Parmi les décorés, j'ai retenu tout particulièrement, mon regretté ami Yves DELANNOY, ancien administrateur-délégué de l'asbl Studium Arenbergense et  ancien  Chef-Homme  du Serment des Arbalétriers d'Enghien, et également le Révérend Père Jean-Pierre TYTGAT, OC, ancien conseiller scientifique des Archives et Centre Culturel d'Arenberg d'Enghien. Ces deux lauréats émérites, furent, entre autres, de brillants  défensenseurs de la tradition arbalétrière.

Les médailles d'argent octroyées de 1996 à 2009 s'élèvent à 39. Je prends la liberté de citer uniquement l'année 1999, parce que, parmi les lauréats de cette année, la Gilde de Saint-Georges fut mise à l'honneur. Les quatre décorés sont:
    - Juffrouw Christiane MAES, R.U.G., Gent
    - Dr. Christoph THÜER, Recklinghausen
    - Maître Pierre-Paul vander BORGHT, notaire, Bruxelles
    - M. Michel STAES, Doyen-Chef du Grand Serment Royal et de Saint-Georges                         des Arbalétriers de Bruxelles.

bene-meritis.jpeg
Bene Meritis Dux Arenbergensis


Sources :
- Archives du Grand Serment
- Archives d'Arenberg
- La Maison d'Arenberg, en Wallonie, à Bruxelles et au G-D de Luxembourg- 2011
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×