Annotation, Eclaircissement, Clarification

Bannière offerte par S.A.R. le Comte de Flandre

     En 1858, S.A.R. le Prince Philippe, Comte de Flandre est reçu par le Grand Serment Royal et de Saint-Georges, et, à cette occasion, offre une bannière en velours bordeaux à la vénérable Gilde. 

     Les changements successifs de locaux, pour les raisons les plus diverses, ont été la cause de la disparition d'éléments majeurs du patrimoine, mais aussi, pour les biens retrouvés, de regrettables détériorations. Ce fut le cas de cette superbe bannière. Nous avons eu la chance de pouvoir faire procéder à  la restauration de cet emblème d'une valeur historique exceptionnelle. La restauration fut réalisée avec beaucoup de talent, entre Janvier et Mai 2000, par Madame Juliette DE BOECK, sur les conseils de l'Institut Royal du Patrimoine Artistique. La restauration a permis une découverte intéressante. L'expert estime que la bannière elle-même daterait du XVIIe s., compte tenu du traitement des broderies. Cette bannière aurait donc été confectionnée sur une base en velours antérieure à 1858 ou provenant d'un autre emblème de 200 ans plus ancien ! Cette révélation a été l'élément majeur de la restauration.

banniere-philippe.jpg

   La bannière est renforcée par un tissu en lin. Les broderies sont d'application en relief, en fils métalliques et en fils de soie. On peut voir au centre, les armoiries brodées de S.A.R. le Comte de Flandre et en décoration un premier écusson reprenant le terme BRUXELLES, deux autres contenant des arbalètes mises en sautoir et couronnées, et un quatrième écusson contenant le monogramme "P" soutenu par un listel reprenant "Grand Serment de l'arbalète au but".

♠       ♣       ♥      ♦

Drapeau offert par le Président d'Honneur M. J-B. HAECK

    En 1889, M. J-B. HAECK offre ce magnifique drapeau en soie beige, aux broderies en fils métalliques et fils de soie-galon métallique. Ce vénérable drapeau, d'une grande valeur artistique, remporta les premières distinctions aux concours de la Ville de Bruxelles. Sa restauration fut également exécutée en l'année 2000.

drapeau-en-soie-union-et-constance.jpgDécor côté gauche : Saint Michel terrassant le dragon

Au centre : l'arbalète de tir à la perche avec petite flèche

Inscriptions : Grand Serment Union et Constance - Bruxelles

Costume du Grand Serment Royal et de Saint-Georges porté par le célèbre Manneken-Pis

     En 1956, le Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles fêtait son 575ème anniversaire. Les Compagnons du Grand Serment eurent alors l'idée d'offrir un costume à Manneken-Pis. Grâce à l'érudition de Jean COPIN, Vice-Président du Grand Serment, une reproduction exacte de l'ancienne tenue des Arbalétriers de 1381, fut réalisée sur base de documents anciens. Ce costume était composé de douze pièces, dont des Haut-de-chausses vert et rouge, un justaucorps de cuir clouté avec une cotte de mailles, un casque, une cuirasse et des genouillères d'acier, une épée et une arbalète.

     Les pièces d'acier furent façonnées par le ferronnier d'art HENDRICKX de manière tout à fait conforme à la tenue d'époque. Un problème se posa en ce qui concerne la cotte de mailles. Il s'avéra impossible de faire exécuter une maille assez fine pour respecter l'échelle de grandeur. Lors d'une visite au "vieux-marché", Jean COPIN fit l'acquisition d'une série de sacs à main du temps de nos grands-mères, composés d'alpaca recouverts d'une résille d'alliage argent-cuivre. C'est cette résille très serrée qui constitua la cotte de maille et qui permit d'aboutir à une superbe réalisation.

     Ce costume, le 144ème du plus ancien bourgeois de Bruxelles, fut remis très officiellement le 31 mars 1957.

costume-m-p.jpg

    

     L'ancien costume du Grand Serment Royal et de Saint-Georges, que revêtait, à certaines occasions, le célèbre petit bonhomme bruxellois, était devenu trop fragile pour encore être utilisé. Le Collège des Bourgmestre et Echevins de la Ville de Bruxelles a dès lors donné son accord pour qu'un nouveau costume soit confectionné.
     Ce nouveau costume, réplique du costume historique du Grand Serment, remis officiellement, le 29 juin 2013 en la Salle Maximilienne de l'Hôtel de Ville de Bruxelles en présence des autorités communales et d'une importante délégation de Compagnons, a été revêtu par Manneken-Pis, pour la première fois, le 2 juillet 2013, à l'occasion de la représentation de l'Ommegang. Il sera le 904ème costume de sa garde-robe !

mp-en-costume-historique-2.jpg


La Fête du Roi

    La fête de notre souverain se célèbre le 15 novembre. Cette date est toujours actuellement celle qui marque cette occasion. Toutefois cette célébration, non seulement n'a pas été mise en pratique sous le règne du premier Souverain le Roi Léopold Ier, mais au cours des années qui suivirent, la date subit des modifications de même que sa dénomination.

     La fête du Roi fut instaurée à l'occasion de l'accession au trône du Roi Léopold II, et en 1866 il fut décidé que la fête du Roi serait célébrée le jour de la Saint Léopold, soit le 15 novembre. Sous le règne de son père, le Roi Léopold Ier, trois fêtes seulement étaient commémorées: les fêtes de septembre afin de commémorer les combats de la révolution, l'anniversaire de la naissance du Roi, soit le 16 décembre, et la date de la prestation de serment du Roi c'est-à-dire le 21 juillet.

     Sous le règne du Roi Albert Ier, la fête du Roi, dans un premier temps, se célèbre le jour de la Saint Albert le 26 novembre. Sa mère, la Princesse Marie de Hohenzollern-Sigmaringen décède le 26 novembre 1912. Il est alors décidé de revenir au 15 novembre (Saint Léopold) pour célébrer la Fête du Roi.

     A l'issue de la Première Guerre mondiale, l'Armistice se commémore le 11 novembre. On estime le 15 novembre trop proche de cette date et la Fête du Roi est fixée au 27 novembre, nouvelle date de la Saint Albert.

     Le Roi Albert Ier décède accidentellement le 17 février 1934 et le Prince Léopold monte sur le trône et devient le Roi Léopold III. La Fête du Roi est de nouveau célébrée le 15 novembre, mais prend la dénomination de "Fête Patronale de Sa Majesté le Roi".

     A l'issue de la seconde guerre mondiale, le Roi est absent du pays et la régence est exercée par le Prince Charles de Belgique, jusqu'en 1950. Durant cette prériode le nom de la fête devient "Fête Patronale de la Dynastie".

     Le Roi Léopold III abdique le 16 juillet 1951 et le Prince Baudouin devient le cinquième Roi des Belges le 17 juillet 1951. A son accession au trône, le Roi Baudouin décide de maintenir la date du 15 novembre à condition que cette fête patronale du fondateur soit placée sous le vocable "Fête du Roi", toute autre appellation étant exclue.

     A l'occasion de la Fête du Roi le 15 novembre, suivant une tradition bien ancrée, un Te Deum est chanté dans la Capitale de même que dans diverses villes et communes du royaume. A Bruxelles, le Te Deum se déroule en la Cathédrale Saint Michel en présence de Membres de la Famille Royale. Ce sont les autorités religieuses qui en assurent l'organisation depuis 2000. Quant aux autorités civiles, elles organisent une cérémonie au Palais de la Nation.

armoiries-du-roi-1.png

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site