Un peu d'histoire

Notre royaume a fêté en 2006, ses 175 ans d’existence. La capitale de la Belgique a eu l’honneur de voir un des plus anciens éléments en activité de son patrimoine historique, fêter, cette même année 2006, le 625e anniversaire de sa reconnaissance. 

 

timbre-625e-anniv-1.jpg

 

Timbre poste émis à l'occasion du 625ème anniversaire
 
affiche-625e-anniversaire-1.jpg

Affiche à impression réduite, à l'occasion du 625ème anniversaire de la vénérable Gilde bruxelloise

 On sait qu’il existait déjà des arbalétriers à Bruxelles au XIIe siècle, toutefois ceux-ci n’étaient pas organisés sous forme de Gilde ou de Serment. Il y avait tout simplement des éléments d’arbalétriers sous la forme de compagnies ou de détachements. Il ne subsiste aucun document officiel qui puisse attester de la reconnaissance d’une Gilde à cette époque. Les archives du Grand Serment d’avant le XVIIe siècles ont été détruites, de très riches joyaux de la Gilde se sont volatilisés. En effet entre 1690 et 1815, les événements politiques furent très nuisibles aux institutions communales et en particulier au Serment de Saint-Georges. Il y a le bombardement de Bruxelles en 1695 par le Maréchal de Villeroy. En 1789, lors des combats qui précèdent l’expulsion des Autrichiens, les insurgés installent leur QG dans le jardin de Saint-Georges. En 1792, Bruxelles est envahi par les troupes du Général Dumouriez. Début mars 1793, c’est au tour des Sans-Culottes d’envahir Bruxelles et les maisons des Serments sont mises à Sac. Le 18 mars 1793 les troupes républicaines sont défaites à Neerwinden et le 28 avril 1793, les Autrichiens reviennent à Bruxelles. Le 26 juin 1794 les Français, commandés par le Général Jourdan battent les Autrichiens à Fleurus et le 11 juillet , ils reviennent à Bruxelles et s’emparent du jardin de tir de la Gilde, dénommé Jardin de Saint-Georges, situé rue des Alexiens, côté pair, à l’endroit où se trouve actuellement l’établissement scolaire néerlandophone, le « Sint-Joris lager onderwijs ». Les Serments d’Arbalétriers furent supprimés en vertu des lois de la République française, d’application dans nos provinces après annexion, par leur proclamation du 9 Vendémiaire an IV (1er octobre 1795). Les documents des XIIe et XIIIe siècles, se référant aux arbalétriers de Bruxelles, ont donc été détruits. Dès lors, les arbalétriers royaux de Saint-Georges, afin de respecter le tracé historique, s’appuient sur le seul document ancien existant encore aux archives de la Ville, la charte édictée par les ducs de Brabant, Jeanne et Wenceslas. 

Et la Gilde au double prédicat, se réclame du Grand Serment des Arbalétriers de Bruxelles, reconnu officiellement par cette charte du 4 mai 1381, et du « Serment de Saint-Georges » établi dans ses droits en 1389 par la duchesse Jeanne de Brabant. Le Grand Serment Royal et de Saint-Georges, est fier de ses antiques traditions, et le 11 juillet 1927, S.M. le Roi Albert Ier confirma irréfutablement la filiation, délivrée par le Bourgmestre et Echevins de la Ville de Bruxelles, de l'actuelle Société avec ses prédécesseurs. 

 

charte-1.png

Charte de reconnaissance de filiation de la Gilde avec les Serments de l'ancien régime,

le Grand Serment de Notre-Dame et le Serment de Saint-Georges.

  Nous Bourgmestre, Echevins et Conseil de la Ville de Bruxelles, ayant reçu une requête des arbalétriers du Grand Serment Royal et de Saint-Georges, aux fins d'obtenir de nous, des lettres reconnaissant la filiation qui les rattache aux Serments de l'arbalète de l'ancien régime, dont ils déclarent avoir relevé, après 1830, le drapeau, adopté les guidons et armoiries, remis en honneur les statuts et rétabli l'usage du tir à la grande arbalète;

    Nous, ayant examiné les livres produits par lesdits arbalétriers, avons trouvé comme certain, que le 1er janvier 1843, leurs devanciers ont fondé une Société d'Arbalétriers, sous le nom de "Jeune Union" avec l'intention formelle de continuer les us et les coutumes, momentanément interrompus, des anciens Serments de l'arbalète; que le 10 décembre 1866, dans le but de mieux resserrer encore les liens qui les unissaient déjà à l'ancien Grand Serment, ils ont effectivement adopté sa bannière, ses guidons et ses armoiries, ainsi que le titre de Grand Serment Royal, du consentement de S.M. le Roi Léopold II, Haut Protecteur de la Compagnie, de S.A.R. le Comte de Flandre, Président d'Honneur, et de ses devanciers, Bourgmestre, Echevins et Conseil de la Ville de Bruxelles; qu'après la dissolution, en 1867, de la Société de tir à la grande arbalète, dite de Saint-Georges, ils ont joint au titre de leur Serment, celui de Saint-Georges, unissant ainsi en une même Compagnie, les anciens Grand Serment et Petit Serment, adoptant en même temps, la grande arbalète, comme arme de tir; qu'ils ont célébré, en 1881, le 500ème anniversaire de leur fondation, prenant pour date initiale de leur existence, celle du premier privilège écrit, octroyé au Grand Serment par les Ducs de Brabant Jeanne et Wenceslas, le 4 mai 1381; qu'en 1906, ils ont célébré leur 525ème anniversaire, doubles jubilés auxquels la Ville de Bruxelles s'est associée intimement.
     Nous, voulant leur donner un gage de notre particulière bienveillance et rendre hommage à leur zèle civique et à leur fidélité à la Dynastie, avons accordé et accordons, aux Arbalétriers du Grand Serment Royal et de Saint-Georges, les présentes lettres de reconnaissance de filiation, et pour mieux marquer les liens qui les unissent, sous ce vocable, au Grand Serment ou Serment Notre-Dame et au Petit Serment ou Serment Saint-Georges, désirons qu'ils peignent à leurs armoiries, croix de gueules sur fond d'argent, qui sont Grand Serment, les armoiries croix d'argent sur fond de gueules qui sont Saint-Georges.
    En témoignage de ce, avons signé ces lettres et les avons scellées du sceau de la Ville de Buxelles.
    Fait à Bruxelles, le 12 du mois d'avril dix-neuf cent vingt-sept.

                    Secrétaire,               Archiviste,            Bourgmestre,
                      E. BREES               G. DESMAREZ            A. MAX

 


    Nous, Albert, Roi des Belges, voulant donner aux Arbalétriers du Grand Serment Royal et de Saint-Georges un témoignage de notre royale protection et bienveillance, avons confirmé et confirmons les lettres de reconnaissance de filiation délivrées par les Bourgmestre, Echevins et Conseil de la Ville de Bruxelles.
    Donné à Bruxelles, le 11 juillet 1927.
                                                                      Signé : Albert.
 
Après le départ des Français en 1814, les sociétés sortirent de l’ombre et commencèrent par réclamer le rétablissement de leurs privilèges. La Loi fondamentale de 1815 vint anéantir leurs illusions. 
Le Régime Hollandais se montra plus clément que le Français, bien qu’il déniait toute existence légale aux groupements de quelque nature qu’ ils fussentsalle-de-reunion-au-jardin-aux-fleurs.jpg. La Régence de Bruxelles multiplia les autorisations de se réunir et, petit à petit, les arbalétriers reprirent leurs jeux. Le Serment de Saint-Georges fut reconstitué par les anciens membres, à la faveur de l’instauration de l’Indépendance et de la Monarchie. Après 1830, les Sociétés de tir se reconstituent un peu partout, non plus comme des Milices actives ou des Corps jouissant de privilèges politiques, mais sous la forme de sociétés d’agrément, sportives, culturelles, historiques. C’est ainsi que nous savons que le Serment de Saint-Georges reconstitué fonctionna parfaitement en 1837. En effet il organisa des concours de tir en 1837, 1839, 1843, 1846 et 1851. Il semble que le Grand Serment connut ensuite une courte éclipse, et puis, en 1862, on le voit mettre sur pied un grand concours de tir à la petite arbalète au but et de 1863 à 1866 des concours à la grande arbalète au but . C’est alors qu’ il prit ses installations dans un site exceptionnel « Le Jardin aux Fleurs », situé au numéro 82 de la rue des Six Jetons où il se maintient jusqu’en 1940. Le Grand Serment Royal et de Saint-Georges eut ses installations dans divers lieux prestigieux de la capitale tout au long de ces centaines d’années d’existence. Depuis 1997, il a ses assises en l’ Impasse du Borgendael, 7 Place Royale. Le local musée, qui abrite son très intéressant patrimoine et les lignes de tir au but à 20, 10 et 6 mètres, occupe d’anciens soubassements dont les voûtes supportent le chœur de l’église Saint-Jacques-sur-Coudenberg et jouxtent l’aile droite et les jardins du Palais Royal. La Gilde de Saint-Georges se retrouve donc à proximité du site de la maison et du jardin des arbalétriers qui se situaient dans la rue Isabelle, dont l’existence urbaine aura été de deux cent quatre-vingt-cinq ans, de 1625 à 1910, et dont les vestiges, sous la Place Royale, sont visitables. Particularités: les Compagnons arbalétriers de Saint-Georges tiennent à maintenir en vie une tradition séculaire et donc pratiquent un art de vivre unique en son genre. 
Si leur discipline est assez particulière, les qualités requises pour la pratiquer se retrouvent dans beaucoup d’autres règles. La maîtrise de soi, absolument indispensable, du flegme pour annihiler la nervosité, l’excitation ou les crispations, et réussir des « centres » appelés aussi des « roses » ou encore des « dix ». La condition physique est dès lors primordiale afin de rester maître de ses nerfs et de ne pas être pris de tremblements. 
Dix-Huit ans est l’âge requis pour devenir Compagnon. Le poids des armes varie entre 5 et 15 kilos et donc une certaine force est requise. Le candidat, qui doit être de nationalité belge, est parrainé par deux Compagnons qui se partagent le guidage, l’écolage du nouveau. Un stage de 12 mois au moins, qui comprend trois stades , est requis. On est tout d’abord Apprenti pendant une période d’au moins douze mois, au cours de laquelle le candidat est initié aux finesses du tir à l’arbalète et aux us et coutumes du Grand Serment. Le stade suivant, à l’ issue des douze mois de présence, est celui d’Agrégé, moment où le candidat est accepté dans la gilde et peut participer à tous les concours de tir. Enfin le conseil des Jurés doit juger, en son âme et conscience, si le candidat agrégé a fait preuve, au cours de sa période de stage, d’un esprit digne d’un Compagnon de Saint-Georges et émettre un vote à l’unanimité. Il sera Compagnon à part entière, lorsqu’il aura prêté le serment historique de fidélité au Roi, à Saint-Georges, à la Gilde et à la Ville, au cours de la cérémonie solennelle de la Journée des Roys ou de la Gilde, le dimanche qui suit l’Ascension. C’est à ce moment que le récipiendaire reçoit le baudrier de Compagnon avec écussons brodés, galon et franges dorés. Au cours de cette cérémonie, les colliers de Roy sont également remis aux Roys de l’année par le Chapelain de la Gilde. Cette activité, devenue d’agrément, peut être pratiquée par tous. Si les Compagnons proviennent d’origines sociales diverses, si au sein de la Gilde, un grand éventail de professions est représenté, le Grand Serment Royal et de Saint-Georges garde quand même un caractère incomparable, transcendant, et seule une certaine élite au plan humain doit y demeurer. Conformément au respect d’une tradition séculaire, les femmes, tout en étant toujours bien accueillies, ne peuvent devenir « Compagnon arbalétrier » .

Ce qui est enthousiasmant au sein de la vénérable Gilde, c’est, en tant que détenteurs d’un héritage de grande valeur, d’en assurer la pérennité avec conviction et responsabilité, et de gérer cela en établissant un juste équilibre entre la pratique d’un sport très particulier et le maintien en vie d’une tradition pluri séculaire. 
Les arbalétriers du Grand Serment Royal et de Saint-Georges sont détenteurs d’un patrimoine historique unique en son genre qui est un des fleurons de la Capitale. Activités: les membres de la Gilde tiennent leur réunion hebdomadaire, chaque jeudi soir à partir de 20 heures, dans leur local musée sis au fond de l’impasse du Borgendael, Place Royale, 7.
Selon un programme d’activités établi pour l’année entière, soit ils s’exercent au tir, soit ils participent à des tirs officiels. Ces réunions sont une merveilleuse occasion de se retrouver entre amis.
 
Quatre grandes disciplines sont pratiquées :

- le tir à l’horizontale à la grande arbalète au but à 20 mètres

- le tir à l’horizontale à la petite arbalète au but à 10 mètres

- le tir à l’horizontale à la petite arbalète au but à 6 mètres

- le tir à la verticale à la grande perche à 37,50 mètres de haut. Il est à remarquer que les arbalétriers de Saint-Georges sont les seuls à pratiquer encore ce tir historique en Belgique avec deux autres sociétés de Flandre.

Quatre activités importantes, dans le respect des traditions, font partie du programme annuel:

- Le tir de la Saint-Georges suivi du banquet du même nom

- La participation des Compagnons, en tenue historique, au chapitre des Neuf Nations de Bruxelles, en la salle gothique de l’Hôtel de Ville de Bruxelles, l’avant dernier vendredi du mois de juin, à 18 heures. Préalablement à cette cérémonie, à 17 heures, se déroule le tir du Challenge des Neuf Nations, en tenue historique, dans la cour de l’Hôtel de Ville. Le gagnant de ce tir à la grande arbalète au but à 20 mètres, reçoit le challenge des mains du Bourg-Maître des Nations à l’issue du chapitre solennel

- Participation en tenue historique aux deux sorties de l’Ommegang le premier jeudi du mois de juillet et le mardi qui précède

- Le dimanche de l’Ascension, Journée des Roys ou Journée de la Gilde. Grand-Messe solennelle en l’église Notre-Dame du Sablon, qui est l’édifice religieux édifié et financé par les ancêtres des Arbalétriers Bruxellois. Au cours de cette cérémonie, en présence du Représentant de S.M. le Roi, Haut Protecteur de la Gilde, consécration des Roys de tirs de l’année et remise des colliers. Également prestation de serment des nouveaux Compagnons.

Le Grand Serment Royal et de Saint-Georges est affilié à trois organismes :
 
unab-1.jpg

- l’ Union Nationale des Arbalétriers de Belgique (UNAB)
ura.jpg
- l’ Union Régionale des Arbalétriers (URA)
 
- la Fédération Bruxelloise de Tir à l’Arbalète (FBB).
 
"Les Compagnons du Chaperon"
 
    Au cours de l'Assemblée Générale du 6 février 1922, les Membres du Comité du Grand Serment Royal Saint-Georges décident et font approuver la création ou la remise en fonction d'un élément ancien, une section historique. En effet, une charte de 1365, selon les dirigeants, stipule que la Gilde se compose de deux parties bien distinctes: les Arbalétriers et leur Société. Dans cette section se rangeaient les membres Honoraires, ou en d'autres mots les membres faisant partie de la Gilde sans être Arbalétrier, ou membre effectif. La distinction entre les Membres effectifs et honoraires se découvrait dans la tenue vestimentaire. Les premiers portaient l'uniforme complet, tandis que les seconds ne portaient que le Chaperon.
    Revenant à cette ancienne tradition, les membres de la Section Historique prennent comme dénomination : "Les Compagnons du Chaperon du Grand Serment Royal Saint-Georges". Ils nomment quatre d'entre eux, qui portent le titre de "Juré" et ont pour mission de faire revenir au sein de la Gilde, par tous les moyens qui sont en leur pouvoir, toutes les oeuvres d'art et objets qui ont appartenus à la vénérable Corporation.
Ils ajoutent les autres buts suivants:
    - Reconstituer leur local tel qu'il était au temps de l'Infante Isabelle
    - S'efforcer de reconstituer les splendides cortèges de cette époque
Et à ce sujet, les membres du Comité font part, déjà, de leur intention, d'offrir à la Ville un grand cortège historique qui retracerait toute l'histoire du Grand Serment de Saint-Georges et ce à l'occasion du 550ème anniversaire de la Gilde qui doit être fêté en 1931.
    Le Comité reprend ces décisions dans une lettre du 14 avril 1922, qu'il adresse à Adolphe MAX, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles et Chef-Doyen du Grand Serment, pour solliciter son appui.
 
sans-titre1.png
 
Page 1 de la lettre au Bourgmestre
 
sans-titre2.png 
Page 2 de la lettre au Bourgmestre
 
royal-st-georges-cachet.jpg
 
Dates saillantes, notables 
dans l'existence de la Gilde
 
1182: Preuve de l'existence de compagnies d'arbalétriers à Bruxelles. Henri de Louvain conduit dix arbalétriers contre le Roi de France Philippe-Auguste.

1213: Suivant la tradition, il est rapporté que trois cents Gantois (Louvanistes) auraient été battus par les Bruxellois, dans le bois des sept Granges (Kattenhuis). Le duc Henri Ier réunit un corps d'arbalétriers et lui accorde des privilèges. c'est l'existence de la Gilde de Saint-Laurent.

1288: Des arbalétriers bruxellois sont présents à la bataille de Woeringen, qui voit la victoire de Jean Ier, duc de Brabant. Cette victoire consacre l'indépendance du Brabant vis-à-vis de l'Empire, ce qui élimine le danger d'annexion par l'Allemagne.

1302: Dans la Bataille des Eperons d'Or, qui se déroule  le  11 juillet, près de Courtrai, dans la plaine de Groeninghe, bordée au Nord par la Lys, au Sud et à l'Est par un ruisseau et à l'Ouest par les fossés du château de Courtrai, on estime que parmi les arbalétriers brabançons, il y avait des arbalétriers bruxellois.

1304: Construction d'une chapelle en l'honneur de la Vierge, sur l'emplacement du cimetière de l'hôpital  Saint-Jean,  au lieu dénommé "le Sablon" (de Zavel).

1348: Translation de la statue de la Vierge d'Anvers à Bruxelles etorigine historique de" l'Ommeganck" du Sablon, procession dans laquelle le sacré et le profane sont intimement mêlés et où le second finira par éclipser le premier.

1381: Charte du 4 mai, (Premier privilège écrit) de Jeanne et Wenceslas, ducs de Brabant, qui entérinne la scission du Grand Serment et la fondation du Serment de Saint-Georges par les scissionistes.

1387: Le Magistrat de Bruxelles constatant que le contenu de la charte de 1381 n'est pas respecté, ordonne la dissolution de toutes les sociétés, à l'exception du Serment de Saint-Georges. Ce qui atteste de facto que cette Gilde d'arbalétriers bruxellois a acquis une grande notoriété, une réelle influence. Il est donc rendu officiellement autonome, indépendant du Serment de Notre-Dame. Il nomme ses Doyens, acquiert un local et bénéficie de subsides.

1421: Les privilèges des Arbalétriers confirmés par la premier Bourg-Maître des Nations Jacques STOEVAERT, à la suite des émeutes de février. Renouvellement du Serment des Arbalétriers devant les élus du peuple, qui les lie envers le duc et envers la Ville, le Second Bourg-Maître, les Receveurs et Conseillers plébéiens.

1422:  Date importante: La confrérie, que l'on nomme communément le Serment de Saint-Georges ou Petit Serment, tire son origine du Grand Serment; comme celui-ci était devenu trop nombreux, il y eu scission en deux confréries comme énoncé plus haut. (D'où le titre ultérieur de Grand Serment de Saint-Georges),  et le Serment de Saint-Georges établit son jardin d'exercice dans la rue des Alexiens

1444: La rue des Alexiens devient le nouveau siège du Serment de Saint-Georges et un grand concours de tir à lieu sur la Grand-Place de Bruxelles.

1448 et 1463: Nouveaux grands concours de tir à l'arbalète organisés par les Arbalétriers de Bruxelles.

1466: Charles le Hardi, dénommé Charles le Téméraire, comte de Charolais,  est proclamé Roy du Serment.

1486: Le Magistrat, les Métiers, les Serments, se rendent à la Porte de Louvain, pour accueillir en grande pompe l'Empereur Maximilien d'Autriche et son fils, l'archiduc Philippe. Pour cet événement, tous ces représentants sont vêtus d'habits rouges, teinte par laquelle est rappelée la couleur représentée dans les premières armoiries de la Ville.

1521: Les cinq Serments totalisent deux cents tireurs répartis comme suit:
Serment de Notre-Dame: 60
Serment de Saint-Georges: 40
Serment des Archers: 40
Serment des Arquebusiers: 40
Serment des Escrimeurs: 20

1563: Le nombre de tireurs à gages du Serment de Saint-Georges est porté à  60 par le Magistrat de Bruxelles, en vue d'avoir plus de moyens pour réprimer les émeutes.

1571: Le Conseil de Brabant accorde aux Serments de diverses villes, dont Bruxelles, l'exemption de l'impôt du centième denier pour leur jardin d'exercice.

1611: Le Serment de Saint-Georges fait construire une maison et une porte sur son terrain d'exercice à la Steenpoort.

1615: L'Infante Isabelle, fille de Philippe II, abat le papegay et est proclamée "Reyne" du Serment des Arbalétriers de Bruxelles.

1619: Anne de Croy, duchesse d'Aerschot et d'Arenberg, abat le papegay et est proclamée "Reyne" du Serment des Arbalétriers de Bruxelles.

1643:  Une ordonnnance du 30 octobre, établit que les Serments fourniront la garde de l'Hôtel de Ville et deux portes, celle du Coudenberg, parce qu'elle est proche du Palais ducal, et celle du rivage (à l'entrée du canal vers Malines) par sa grande importance.
Les membres des Serments, sont les seuls à pouvoir circuler, en armes, sur la Place du Marché, c'est-à-dire la Grand-Place actuelle.

1695: Les 13 et 14 août, bombardement de Bruxelles par le Maréchal de Villeroi. Importants dégâts aux installations du Serment.

1789: Révolution brabançonne. Le local des Arbalétriers de Saint-Georges, rue des Alexiens, sert de Quartier Général et les personnes qui désirent rejoindre le rang des patriotes sont invitées à se rendre à leur local.

1791: Les milices bourgeoises sont supprimées par la loi française du 5 septembre. Séquestration et vente des biens des Serments.

1792: Les troupes révolutionnaires françaises pillent le local du Serment de Saint-Georges.

1794Le 23 avril, l'Empereur d'Autriche, François II fait sa Joyeuse Entrée à Bruxelles, en qualité de duc de Brabant. Les Serments l'escortent.
           Le 26 juin, les troupes impériales autrichiennes sont battues à Fleurus par les Français, qui entrent à Bruxelles le 10 juillet. La convention française annexe les provinces belges à la République française, et une loi française du 3 septembre 1791 est mise immédiatement en application, visant à supprimer les compagnies d'arbalétriers, d'arquebusiers et d'archers.

1795: L'arrêté du 1er Floréal an II, le 20 avril 1795, supprime tout ce qui reste de nos anciennes institutions communales, c'est-à-dire qu'il n'y a plus de Nations, de Corporations, de Serments.

1804: la 1er septembre, Napoléon Bonaparte est à Bruxelles. Les Serments, qui sont normalement dissous, sont dans le cortège d'accueil.

1814: Le 31 décembre, six mois avant la bataille de Waterloo qui mettra fin au régime français, toujours dissous, les Serments tentent une apparition en se rendant chez diverses autorités pour leur offrir une aubade au moyen de leurs tambours et de leurs fifres.

1837: Les documents relatent que la Société Saint-Georges organise un concours de tir, ce qui constitue un premier indice, un témoignage de la réorganisation de la Gilde.

1843: Un groupe d'arbalétriers se détache de la Société Saint-Georges et constitue la Société "Royale Jeune Union" le 1er janvier 1843.

1859: La Royale Jeune Union établit son local, le 15 mai, au n° 82 rue des Six-Jetons.

1866: Le 10 décembre, la Société prend le titre de Grand Serment Royal de l'Arbalète au But, sous l'auguste protectorat de S.M. le Roi Léopold II et sous la présidence d'honneur de S.A.R. Monseigneur le Comte de Flandre.

1867: Le 21juillet, le Grand Serment Royal de l'Arbalète au But s'érige solennellement et définitivement en Grand Serment Royal Saint-Georges de Bruxelles.
grand-serment-royal-saint-georges.jpg
1881: Le 21 août, le Grand Serment fête son 500ème anniversaire. A cette occasion, la Société a convié toutes les Sociétés d'arbalétriers du royaume et de l'étranger aux fêtes jubilaires et à un grand tir à l'arbalète. A 14:00 heures, S.M. le Roi Léopold II rehausse la fête de sa présence.

1895: Le 5 mai, sous la présidence de Ed. WILLEMS, visite de S.A.R. le Prince Albert, lors du tir au Roy.

1906:  A l'occasion de son 525ème anniversaire, le 15 juillet, la ville organise un grand cortège dans les rues de Bruxelles en l'honneur du Grand Serment Royal  Saint-Georges. D'autres sociétés y participent avec leurs drapeaux. Un subside de 5000 Francs nous est attribué par la Ville. Les tirs se poursuivront les 16,22,25,29,30 juillet et 5, 6 août.

1919: Reprise normale des activités du Grand Serment et appel à la réinscription des membres.

1920: Visite du Prince Léopold, duc de Brabant, au Jardin aux Fleurs, le 14 juin.

1927Le 15 mai, François MESSELIS, Chef-Homme, tire Roy au nom de S.M. le Roi Albert Ier.
           Le 11 juillet: confirmation par le Roi Albert Ier de la filiation du Grand Serment de Saint-Georges avec ses prédécesseurs, délivrée par le Bourgmestre et les Echevins de la Ville.
           Le 11 novembre: Le Président van den HAUTE et une délégation du Grand Serment Royal et de Saint-Georges, au Palais Royal, remet un bijou en or (oiseau réalisé artisanalement par Fr. MESSELIS) au Roi Albert Ier, en souvenir de sa nomination de Roy perpétuel de la Gilde.

1928: Le 24 janvier, à 18:00 heures, première réunion du Comité de la Société de l'Ommegang, au local des arbalétriers de Saint-Georges, 82, rue des Six Jetons.

1930: 550ème anniversaire du Grand Serment Royal et de Saint-Georges.
           Le 23 juin: Réception, au local, de S.M. le Roi Albert Ier.
           Le 13 juillet: Organisation d'un grand cortège des drapeaux et joyaux des Gildes et Serments de Belgique, suivi d'une réception à l'Hôtel de Ville.

1940: Démolition du "Jardin aux Fleurs". Transfert provisoire du siège du Grand Serment dans les locaux du Tir Communal, au 44 rue des Six-Jetons.

1953: Fusion déclarée entre le Grand Serment Royal "Union et Constance" et le Grand Serment Royal et de Saint-Georges.

1956: Le Bourgmestre Lucien COOREMANS, reçoit le Grand Serment Royal et de Saint-Georges à l'Hôtel de Ville à l'occasion de son 575ème anniversaire.

1957: Le 31 mars, remise d'un costume, représentant l'antique tenue des Arbalétriers de Saint-Georges, pour la statue de Manneken-Pis. Par ce 144ème costume, Manneken-Pis devient Compagnon de la Gilde.

1961: 580ème anniversaire du Grand Serment. Séance Académique à l'Hôtel de Ville en présence de S.M. la Reine Elisabeth.

1993: Au mois de mars, sortie de Presse du premier numéro du "Crennequinier". 

1996: En juillet de cette année du 615ème anniversaire du Grand Serment, déménagement du Tir Communal. Démolition du Tir communal entamée en septembre / octobre. Hébergement provisoire au n°138 Boulevard du jubilé à 1080 bruxelles.

199716 janvier: 1ère visite des Compagnons dans les locaux du Borgendael.
            21 janvier: 1er Conseil des Jurés au Borgendael.
            23 janvier: 1ère Assemblée Générale au Borgendael.
            30 janvier: 1er Tir à l'arbalète au Borgendael.

1998: Au mois de septembre, création de la "Cuvée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges".

2001: 620ème anniversaire du Grand Serment Royal et de Saint-Georges

2002:  10ème anniversaire  du "Crennequinier". 

2004: Le 17 mai, hommage au Grand Serment par la visite des Souverains, au Borgendael, à l'occasion du 70ème anniversaire du Roi Albert II, Haut Protecteur du Grand Serment.

2006: 625ème anniversaire du Grand Serment Royal et de Saint-Georges. Edition d'un timbre poste spécifique.
 
timbre-arbaletrier-1-1.jpg
 
 
 
 
 
blason-couronne.jpg
 
Hauts Dignitaires
 
Hauts Protecteurs: LL. MM. le Roi et la Reine
Très Haut Chef-Doyen: S.A.S. le Duc d'Arenberg
Chef-Doyen: le Bourgmestre de Bruxelles
Chapelain: le Curé de l'église Notre-Dame du Sablon

Jurés 
Doyen-Chef: Hugues GREGOIR
Second-Doyen: Christian RIMBERT
Greffier: Michel DUPONCELLE
Grand Argentier: Vincent DESCHAUMES
Maître de Cérémonies: Pierre LORIES
Conseiller : Christian VERSTREPEN

Titres
Doyen-Chef Honoraire: Michel STAES
Doyens: Luc BERNAERTS, Michel DECAMP, Eric DEMARBAIX, Alain HERIN, Jean-Claude LEVÊQUE, Daniel NATAN, Ghislain VANDERBECQ, François VRANCKX,
Empereurs à la Grande Perche historique: André VAN NEROM, Xavier BERNAERTS

Fonctions
Archiviste: Luc BERNAERTS
Capitaine de Tir: Xavier BERNAERTS
Lieutenant de Tir: Maurice VANDENBUSSCHE, Michel PLANCHON
Alfère: Nicolas OSTE, Michel PLANCHON


 
Roys et Reynes illustres du Grand Serment
 
couronne943.jpg
 
1466 : Charles-le-Hardi , alors comte de Charolais, qui succéda l’année suivante à Philippe-le-Bon, duc de Bourgogne, fondateur de l’Ordre Insigne de la Toison d’Or, prince que l’on qualifia de « Conditor Belgii ».
1476 : Jean de Bourgogne, Evêque de Cambrai
1509 : Robert de Croy, Evêque de Cambrai
1510 : l’Empereur Maximilien Ier
1512 : Monsieur Charles de Luxembourg, le très jeune Archiduc d’Autriche, Infant d’Espagne, futur Charles Quint
1514 : Louis de Luxembourg, comte de Ligny
1518 : Marguerite d’Autriche, veuve de Philibert, duc de Savoie, 
gouvernante de nos Provinces
1527 : Philippe de Lalaing, chancelier de Brabant
1533 : Robert de Croy, Evêque de Cambrai
1537 : Evrard de la Marck, Cardinal-Evêque de Liège
                Marguerite de Parme,  gouvernante des Pays-Bas
1540 : Maximilien d’Egmont, comte de Buren
1551 et 1559 : Lamoral, comte d’Egmont, prince de Gavre
1558 : le duc d’Aerschot
1562 et 1566 : Guillaume de Nassau, prince d’Orange
1568 : le duc d’Albe
1576 : Charles de Ligne, comte d’Arenberg
1578 : Philippe, comte d’Egmont, prince de Gavre
1587 : Alexandre Farnèse, prince de Parme
1590 : Antoine de Rubempré, baron de Vertain
1592 : le comte de Manfeldt
1593 : François de Lorraine, duc d’Aumale
1610 : Anne de Croy, duchesse d’Aerschot, princesse de Chimay, 
épouse du comte Charles Ier d’Arenberg
1615 : l’Archiduchesse Isabelle, Infante d’Espagnearchiduc-leopold-guillaume.png

1647 à 1656, l'Archiduc Léopold-Guillaume, Gouverneur général des Pays-Bas espagnols, dernier fils de Ferdinand II de Habsbourg.
 
 
 
de-ligne-eugene-roy-1862-1.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1852: Prince Eugène de Ligne, Prince d'Amblise et d'Epinay,
Grand d'Espagne et Président du Sénat.





`
 
 
__________________________________________

Bibliographie:
- Types et Costumes - Albert DUBOIS - Ed. J. Lebègue et Cie - 1887
- Les Neuf Nations de Bruxelles - Judith MASSE
- Histoire de la Ville de Bruxelles - A. HENNE et A. WAUTERS - 1845
- Les Anciens Serments ou Gildes d’Arbalétriers, d’Archers, d’Arquebusiers et d’Escrimeurs de Bruxelles - A. WAUTERS - 1847.
- Notice Historique sur "LES ANCIENS SERMENS" ou Gildes d'Arbalétriers, d'Archers, d'Arquebusiers et d'Escrimeurs de BRUXELLES par Alphonse WAUTERS - Impr. de J. H. Briard - 1848.
- Bruxelles à travers les âges - L. HYMANS - 1854
- BRUXELLES, Esquisse Historique - Louis VERNIERS - Ed. A. De Boeck - 1941
- Étude sur les Anciennes Compagnies d’Arbalétriers et d’Arquebusiers - L-A. DELAUNAY- 1879.
- Vieux Bruxelles Illustré -  Léon VAN NECK - Ed. Oscar Lamberty - 1909
- Recherche historique sur les costumes civils et militaires des gildes et des corporations de métiers, leurs drapeaux, leurs armées, leur blason, etc. - Félix de VIGNE - Ed.Adanat Media Corporation - Elibron Classicx - 2002 
(Réplique Ed. 1847 de F.E. GYSELINCK -Gent
- L’Ommeganck de Bruxelles - M. VAN DE WIELE - 1905
- L’Ommegang de 1615 à Bruxelles - L. van PUYVELDE - 1960
- Pleins feux sur l’Ommegang- La reconstitution du cortège en 1830 - Fondation Albert MARINUS - 1997.
- Bruxelles et son Histoire - Crédit Communal - 1984
- Programme officiel de l’Ommegang de 1930
- Le Quartier Isabelle et Terarken - G. DES MAREZ - 1927
- La rue Isabelle et le Jardin des Arbalétriers - V. TAHON - 1912
- Le grand Serment de l’Arbalète, Annales de la Société d’Archéologie de Bruxelles - V. TAHON - 1911.
- Petites Chroniques Bruxelloises - V. DEVOGEL - Ed. originale Vanderlinden
- Petites Chroniques Bruxelloises II - V. DEVOGEL - 2001
- Le Folklore Brabançon, L’Ommegang du Sablon, 1929
- Almanach Illustré du SOIR, Mémorial des Fêtes du Centenaire, 1931
- Almanach Bruxelles au fil des jours et des saisons, 1996
- Bruxelles 1100-1800 - M. VANHAMME - 1949
- Bruxelles, Esquisses Historiques - Louis VERNIERS - Ed. A. DE BOECK - 1941(Louis VERNIERS fut un éminent professeur d'histoire à l'université de Bruxelles.)
- L’abbé Michel Renard 1829-1904- J-M. LAUS- Brania 2004/1
- Le Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles, Hier et Aujourd’hui, 1983
- Bruxelles 1000, Une Histoire Capitale - Jacques DUBREUCQ - Impr.Weissenbruch - 2000
- ARCHIVES du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
- Documents particuliers de Michel STAES, Doyen-Chef Honoraire du Grand Serment Royal et de Saint-Georges
- Saint Georges et le Dragon - Georges Didi-Huberman, Riccardo Garbetta, Manuela Morgaine - ed. Adam Biro - 1994
 
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site